suite activ’ra

 

*Une alimentation déséquilibrée, la prise de poids, le surpoids, l’obésité et le manque d’activité physique (AP) sont des facteurs de risque connus de certains cancers, en particulier des plus fréquents (sein, colon). Après un diagnostic de cancer du sein ou du colon, l’AP améliore la condition physique et la qualité de vie, réduit la fatigue et pourrait diminuer la mortalité et le risque de récidive après les traitements.

Activité physique et alimentation : des facteurs multifactoriels, difficile d’isoler les effets de chaque facteur
Il manque certaines connaissances sur les mécanismes biologiques.
L’inactivité physique serait responsable de :
–          1 cas sur 4 à 5 de cancer du côlon ou sein
–          1 cas sur 4 de diabète
–          1 cas sur 3 de pathologie coronarienne

*Diminution du risque de cancer avec AP et niveaux de preuve : (expertise collective Inserm, 2007)
–          convaincant : cancer du côlon
–          probable : Cancer du sein (♀ ménopausées), Cancer de l’endomètre
–          limité : Cancer du poumon, Cancer de la prostate
–          insuffisant / reste à démontrer : autres cancers
D’où l’intérêt de poursuivre la recherche dans ce domaine

*Pour le cancer du  côlon, le niveau de preuve est dit « convaincant  » :
–          Réduction du risque de 40 à 50 % + effet dose-réponse
–          30 à 60 min/j d’AP d’intensité modérée à élevée
–          augmentation dépense énergétique + diminution temps assis : diminution risque cancer côlon (distal et proximal)
(Réf. Simons et al., 2013 ; Boyle et al., 2012)

*Pour le Cancer du sein, le niveau de preuve est « probable »
–          Réduction du risque de 25 % + effet dose-réponse
–          post-ménopause : réduction du risque de 20 à 80 %
–          pré-ménopause : diminution de 15 à 20 %
–          environ 3 à 4h/sem d’AP d’intensité modérée à intense

*Effets probables sur cancer de la prostate de mauvais pronostic (évolué et/ou métastatique), sur cancer de l’utérus, du pancréas, du poumon non tabagique
(Réf. WCRF/AICR, 2007)

Rechercher

Depuis 2010, nous avons dédié 501 000 € aux SOINS DE SUPPORT

QU'EST CE QU'UN SOIN DE SUPPORT ?
Ces soins ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie des personnes malades en tenant compte de l’ensemble de leurs besoins sur un plan physique, psychologique, social et familial parallèlement aux traitements spécifiques.
NOS CRÉATIONS DE POSTES
- 1 Coach APA (Activité Physique Adaptée) à l’Hôpital Nord Ouest de Villefranche
- 1 Coach APA (Activité Physique Adaptée) à l’Hôpital Louis Pradel de Bron
- 1 Coach APA (Activité Physique Adaptée) à l’Hôpital Fleyriat de Bourg en Bresse
- 1 Dragon Boat pour l’association « Les Sirènes de Bellecin »
- 1 temps plein pour le Programme Atouform’ de la Fédération Sportive et Culturelle de France (FSCF)
- Participation aux soins de support du Centre Hospitalier Lyon Sud
SOUTIEN FINANCIER
En 7 ans, ce sont 361 500 € de dédiés à 4 associations de lutte contre le cancer (la Ligue contre le cancer, Europa Donna, Adémas 69 et Activ'RA).

LA PRÉVENTION
Une de nos grandes missions est la prévention.
C’est en automne que nous lançons notre campagne de prévention ( avec précisément, Run In Lyon, début octobre).
Tout au long de l’année, nos multiples événements nous servent à donner rendez-vous au grand public, lors de moments festifs, conviviaux, remplis d’espoir.
D’autres actions de prévention sont menées justement en lien avec nos partenaires, dans les entreprises, les écoles, facultés, espaces hospitaliers…

Brochure de la LIGUE CONTRE LE CANCER à télécharger

Nos 4 associations bénéficiaires

Partenaires institutionnels

RRA_LOGOsignature_pantone669  Impression CMJN de base

Partenaires privilège

Impression ImpressionImpression

Partenaires

Retrouvez tous nos partenaires en cliquant ici

Mentions légales

  • Courir POUR ELLES 2016

    couv_2016

  • Courir POUR ELLES 2015

    couv_2012

  • Courir POUR ELLES 2014

    couv_diap_2014

  • Recevez la newsletter

    nouvelles de Courir POUR ELLES !

Top